Le tri sélectif des déchets à Brussels Airport : un défi pour les passagers

20 juin 2013
Si le tri des déchets est devenu un réflexe quasi naturel au sein des ménages, la plupart des belges n’ont pas encore adapté ce geste en dehors de leur domicile. C’est encore moins le cas pour les nombreux passagers étrangers, qui dans certains cas ne sont pas du tout familiarisés avec le tri.

Brussels Airport épaulé par OVAM et Fost Plus a souhaité relever le défi de faire trier correctement les millions de voyageurs qui transitent par l’aéroport. Vu la complexité du public et de l’infrastructure de Brussels Airport, il s’agit d’un beau cas d’école pour illustrer la mise en pratique de la collecte sélective en ‘entreprise’, qui deviendra par ailleurs obligatoire en Flandre à partir du 1er juillet.
 
Des déchets qui méritent une seconde vie
En 2012i, ce sont plus de 2000 tonnes de déchets tout venant qui sont produits dans l’enceinte de Brussels Airport par les passagers, les magasins et le personnel. Il est possible de réduire cette quantité en en sortant les flux recyclables (Papier-carton et PMC essentiellement). En effet, augmenter le taux de recyclage permet de diminuer l’empreinte environnementale des activités de Brussels Airport en évitant l’émission de CO2 et en réinjectant dans l’économie des matières premières recyclées. Si 5 tonnes de PMC ont été collectés en 2012, il sera certainement possible de quintupler cette quantité en 2013.

Une approche intégrée est indispensable
Vu la diversité du public, une approche harmonisée était indispensable. Ainsi, ce sont 192 ilots de tri (composés chacun de 3 poubelles : Déchets résiduels-Papier-Carton et PMC) qui ont été installés dans différents endroits stratégiques de l’aéroport, soit 576 poubelles mises à disposition des passagers pour leur permettre de trier.

Les instructions de tri  reprises sur les récipients de collecte sont les plus claires possibles afin d’être comprises de tous (y compris de voyageurs en provenance de pays où le tri des déchets n’est pas une évidence ou de personne ne maîtrisant aucune langue européenne) et les codes couleurs utilisés sont ceux connus du public belge (bleu-PMC ; jaune-Papier-Carton ; Gris-Déchets résiduels).

Les équipes de nettoyage en charge de la vidange des poubelles ont, elles aussi, été impliquées et formées afin de s’assurer que les flux triés par les passagers puissent être envoyés vers les filières de recyclage adéquates.

Au 1er juillet, toutes les entreprises de Flandre devront passer au tri
Brussels Airport n’est pas la seule société à se soucier de la gestion de ses déchets. En effet, la législation flamande impose que toutes les entreprises trient, à partir du 1er juillet prochain, leurs PMC, ainsi que 17 autres flux de déchets et disposent d’un contrat en bonne et due forme avec un collecteur de déchets industriels pour en attester. Ce contrat doit mentionner les flux de déchets produits au sein de l’entreprise et la manière dont ils sont collectés.

Pour plus d’informations et pour toutes questions à propos de ces nouvelles obligations, les entreprises peuvent se rendre sur le site web www.ovam.be/sorteermeer ou s’adresser au numéro téléphonique d’information flamand 1700.

Afin de faciliter la tâche de tri des entreprises en leur offrant, non seulement, des trucs et astuces mais aussi du matériel de communication, Fost Plus a développé le site web www.sorterenophetwerk.be.

L’évolution en cours va généraliser le tri à toutes les sphères de la vie professionnelle et privée. Si à l’origine, le tri était confiné à la maison, demain, il sera la règle partout.
<< Retour au Sommaire
Disclaimer - © Brussels Airport Company